Logo El SolariEl Solari : des racines pour aujourd'hui et demain

Hommage - Oranais de Là-bas

Cinq juillet 1962 - page de l'Histoire volontairement déchirée

" [...] Carnage : une chasse à l’Européen commence, systématique, dans toute la ville. On égorge, on tue avec des raffinements de cruauté, arrachant des yeux, coupant des membres. Volontairement, l'armée française n'intervint pas ! [...]

La tuerie dure près de six heures. [...]

Les cadavres jonchent la ville, on en trouve pendus aux crocs des bouchers, dans des poubelles. Dans la chaleur de juillet, la puanteur est horrible. [...]

Nul ne sait le bilan exact du massacre. Il y a plusieurs centaines de victimes et de disparus. [...]

On peut presque dire que les morts eurent de la chance, car le sort des disparus signalés dans les mines de l'Algérie, dans des prisons sordides, dans des maisons closes, traités en esclaves ou torturés fut sans nul doute pire encore.
Le général de l'Armée, Joseph Katz, qui commande les soldats français, encore à Oran, téléphone au Palais de l'Elysée pour informer de l’ampleur du massacre.
' Ne bougez pas ' lui est-il répondu. Les soldats français d'Oran sont restés dans les casernes. [...] "

Geneviève de Ternant. L'Agonie d'Oran. Editions Jacques Gandini.

El Solari - Hommage aux oranais de là-bas

D'après une photographie publiée par dinosoria.com